A l’or je l’ai fait…

C’est arrivé par hasard, au coeur de mes envies les plus secrètes. Créer ma propre bague. Symbole de liberté, d’autonomie, d’émancipation. Un soupçon d’audace mais aussi un zeste de ras-le bol et de l’impatience de trouver la bague que je veux.

A l’or je l’ai fait. Je me suis offerte le luxe de créer ma propre envie. Moi qui ai vu les bagues de ma famille vendues pour éponger les dettes, perdues par négligeance ou simplement destinées à d’autres qu’à moi. Elles ont été figées dans ma tête et rêvée tel un mirage.

Une obsession naît en moi depuis le plus jeune âge. Les bagues. Symbole d’élégance au féminin, la bague incarne le beau, le chic, le vulgaire, la provoc, parfois le mauvais goût, le trop peu, le trop fort. Paradoxe de désinvolture et de soumission, de tradition et de créativité, d’or et d’argent, de créateurs et de boîtes à chiques, les bagues sont un univers singulier qui fait battre mon coeur d’un battement de cils.

Jamais je n’aurais pensé un jour le faire. Et pourtant, sans effort, avec plaisir, envie et audace, je fais de mes mirages intérieurs une réalité créative.

Inspirée du wabi-sabi, je sculpte la bague comme à sa sortie brute d’une roche. Le wabi fait référence à la plénitude et la modestie que l’on peut éprouver face aux phénomènes naturels, et le sabi, la sensation face aux choses dans lesquelles on peut déceler le travail du temps ou des hommes.

Graphiste de formation, j’ai appris à faire des liens entres des univers différents. C’est comme ça que du kintsugi est né la collection Wabi-Sabi ring.

Le retour à une simplicité, une sobriété paisible pouvant influencer positivement l’existence, où l’on peut reconnaître et ressentir la beauté des choses imparfaites, éphémères et modestes tout en magnifiant cela avec de l’or.